Extrait de mon livre « Haute-Savoie : 100 lieux pour les curieux »

«Dinosaures furent grands, de même leurs ossements» – Charles de Leusse

Comme vous pourrez le voir au fil des pages, la Savoie n’était, il y a des millions d’années, qu’un fond marin. Mais, à cette altitude où le “balcon du Mont-Blanc“ touche les nuages et défie le ciel, le paysage était autrefois bien différent et ressemblait plus à une plage qu’à une montagne enneigée. La chaîne alpine était inexistante et d’immenses rivages de sable fin bordaient un océan. Il y a 240 millions d’années, de bien étranges animaux parcouraient alors ces étendues… et aujourd’hui, à plus de 2 000 m d’altitude, leurs empreintes sont encore imprimées à la surface de dalles rocheuses !

Cachées par un névé jusqu’à l’été particulièrement chaud de 1976, ces traces d’archosaures ont été ainsi conservées grâce à une conjonction de plusieurs facteurs comme l’humidité, le durcissement rapide du sédiment par assèchement et la transformation des sables en grès sous des dépôts plus jeunes.

Il est difficile de savoir précisément quels animaux ont laissé ces traces, mais il s’agirait de reptiles vivant 10 millions d’années avant les premiers dinosaures !…

 

À voir aussi

Complexe hydroélectrique transfrontalier 

L’aménagement d’Emosson, à cheval entre la Suisse et la France, est une impressionnante réalisation : trois barrages construits entre 1920 et 1975 produisent près de 3,5 millions kWh/a, pour un débit cumulé de plus de 400 m3/s, et 51 000 l/s dans la conduite forcée. La puissance de l’eau est transformée en électricité par quatre centrales, stratégiques dans l’approvisionnement des deux pays. Pour exemple : un seul litre d’eau du lac d’Emosson peut produire de quoi éclairer une lampe de 40 W durant 5 minutes !

Plusieurs visites guidées sont organisées à l’intérieur même du barrage principal.