Battre l’or, calligraphier, gaufrer le cuir, sculpter, tatouer, construire un violon ou encore restaurer un tableau datant de plusieurs siècles… Toutes ces activités professionnelles ont un point commun : elles font sans conteste appel à un savoir-faire et à un talent dont seuls des artisans très minutieux peuvent faire preuve.
Une trentaine d’entre eux dévoilent leur métier dans le livre « Métiers d’art, les savoir-faire chablaisiens », en ouvrant les portes de leurs ateliers et en vous laissant découvrir les grandes étapes de création.
De l’imagination à la finalisation, faites connaissance avec ces univers très différents et, avec chacun de ces artisans, assistez à la réalisation de leurs oeuvres.

ISBN 978-2-36686-147-1 • format 19×26 • 72 pages • 16€

Avant-propos

Contrairement à ce que pourraient laisser penser les quelque 15 000 travailleurs frontaliers installés dans le Chablais, la population active de cette région ne coure pas dans son ensemble vers un eldorado tertiaire et un pays où les salaires sont 75% plus élevés en moyenne.
Car si les chiffres dévoilent que près de 40% des travailleurs chablaisiens partent chaque matin pour traverser la frontière, il en reste 60% qui se remontent les manches sur leur territoire local.

C’est à eux que s’intéresse mon nouveau livre, qui sort en mars 2018 aux Editions de l’Astronome.

Ebénistes, sculpteurs, staffeurs, peintres ou bâtisseurs… Ils sont nombreux (plus de 2 500 entreprises) dans le Chablais à, par définition, «mettre leur art au service d’autrui». Avec un taux d’évolution local se situant entre 5 et 15 % entre 2007 et 2012, l’artisanat se place comme une activité favorable.

Et si le terme “artisan“ a été, jusqu’à la fin du XVIIe siècle, un synonyme d’“artiste“, ce n’est pas par hasard. Le savoir-faire de ces professionnels n’a d’égal que la perfection de leurs oeuvres. Persévérance, minutie, habileté, patience, adresse, perfectionnisme, ingéniosité et détails font partie de leur quotidien. Pour certains, c’est une réelle tradition qu’ils perpétuent.

Partant de ce postulat, et afin de mettre en valeur leurs compétences artistiques et leurs talents, cet ouvrage va à la rencontre de ces artisans locaux. Objectif : faire découvrir des métiers méconnus ou anciens et dévoiler le regard artistique et la virtuosité qui, pour ces artistes, sont devenus habituels.

Un livre qui rassemble plusieurs années de recherches et d’écriture autour de l’artisanat local, réunissant des métiers d’art atypiques et captivants.

Préface

Par Anne Baudaux, chercheuse en Anthropologie à l’université catholique de Louvain-la-Neuve (Belgique)

Une région c’est une langue, des spécialités culinaires, un folklore, des récits, mais c’est aussi une terre, des ressources naturelles et un paysage qui nourrissent des cœurs et des esprits créatifs. « Les savoir-faire chablaisiens » ce sont mille-et-un gestes à découvrir, et autant d’objets qui incarnent des fragments de l’âme de son artisan.

Si l’artisanat peut se décliner en de multiples formes (travail du bois, de la pierre, du papier,…) toutes ont en commun une même exigence : le temps. Un paramètre crucial dans nos sociétés de la rentabilité et de la production de masse, qui semble être devenu un bien de luxe que tous nous déplorons de n’avoir que trop rarement en notre pleine possession.

Moyen d’expression et reflet d’une culture, l’ouvrage de l’artisan est présent dans toutes les civilisations, unissant le quotidien à l’art. Nulle besoin d’une expertise particulière pour apprécier une pièce d’artisanat : sa beauté et son caractère unique s’apprécient avec les yeux et le cœur, à la lumière de la sensibilité de chacun.

Avec son guide, Samuel Maïon-Fontana nous offre un moment d’évasion dans ces univers où minutie et passion prévalent sur la notion de profit. Dans un monde où tout va si vite, prenez le temps d’emboîter le pas à l’auteur et poussez à votre tour la porte d’ateliers du rêve où le temps semble parfois s’arrêter… dextérité, imagination, mais aussi rencontre des connaissances d’hier et d’aujourd’hui sont au rendez-vous.